Anne Pantillon   peintre
 

2002-2015

De la pulpe du papier au fruit de la couleur, les collages d’Anne Pantillon sont habités d’une indicible profondeur.

Son regard c’est aussi sa main qui frôle puis détache la chair du papier.

Elle met dans ce geste autant de précision et de patience qu’il en faut pour cueillir des mûres.

C’est ensuite une cuisine qui bouillonne, une lessive d’aquarelle et d’encre de Chine qui sèche au sol.

L’orchestre est là, en demi-cercle, des dizaines de sonorités prêtes à jouer.

Pas de précipitation mais un hésitant ballet de l’œil à la main, de l’œil à l’œil, cent fois remis sur le métier. Elle dirige le choix des teintes, des formes et des textures pour tenter d’atteindre le fragile équilibre de leur étonnante immobilité.

Texte de Nicolas Pahlisch, artiste et journaliste